Le Blog
Oiseaux :
  Recherche par :
Nom local
  Nom scientifique
Protégés
Chassés
Mon Best of :
Galerie :
Séquences :
Oiseau-Logo :
Malfini
Super Ordre : Passerimorphes
Ordre : Ciconiiformes (Anc. Falconiformes)
Famille : Accipitridae
Sous famille : Accipitrinae
Genre : Buteo
Espèce : Buteo platypterus (Vieillot, 1823)
Nom : Petite buse (Broad-winged hawk)
Local : Malfini - Mangé poulé - Buse
Aiglon
  Busard Saint-Martin
Malfini
Milan à queue fourchue
Taille : 32 à 45 cm - Envergure : 80 à 100 cm
Pas de dimorphisme sexuel évident
Adulte :
Dessus brun plus ou moins sombre (Photo). Gorge et poitrine brun roux plus clair tacheté de blanc, ventre blanc beige tacheté de roux.
Queue : à la face inférieure, une large bande blanche suivie d'une bande sombre puis d'une fine ligne blanche terminale (Photo). Dessus brun, bordure plus sombre, bandes sombres visibles quand les plumes sont écartées (Photo).
Bec avec une mandibule supérieure se terminant par un crochet bien net, cire jaune à la base. Œil jaune-brun.
Pattes assez longues et jaunes, recouvertes de plumes jusqu'à la jointure, serres fortes et noires.
En vol, la queue parait courte, les ailes sont larges et pointues, les rémiges externes souvent écartées, ligne sombre au bord de fuite.
La femelle est un peu plus grosse que le mâle et a le dessous plus pâle, beige tacheté de brun-roux.
Immature :
Le dessous est plus clair voire blanc fortement strié de sombre (Photo), les bandes de la queue seraient moins nettes mais plus nombreuses.
Forêts denses ou clairsemées, sèche ou humide, à toutes altitudes. Affectionne les reliefs avec courants ascendants. Incursions de chasse au dessus des savanes à bosquets.
Sédentaire.
Il est présent et commun à Cuba, Antigua et de la Dominique à Trinidad, rare à Porto-Rico, accidentel à Barbade.
Résident nicheur commun en Martinique.
Diurne. Le plus souvent solitaire. En couple ou avec un juvénile en période de reproduction.
D'après mes observations depuis que je suis à Bois neuf, il semble vivre aussi en petits groupes lâches de 2 à 5 individus, chassant seuls mais se regroupant et planant ensemble pendant quelques instants à certaines heures du jour (mi-journée et fin de journée).
Carnivore, se nourrit de rongeurs, de lézards, d'insectes et de petits oiseaux.
A la réputation de s'attaquer aux poussins dans les poulaillers , d'où le nom de "mangé-poulé" qui lui est aussi donné.
Je l'ai vu se nourrir de grosses chauve-souris au carbet (Observation).
Vol : Les battements d'aile sont amples et rapides mais le plus souvent de courte durée, le vol plané étant le mode de déplacement de prédilection du malfini. Le malfini peut en effet planer très longtemps sans un seul battement d'aile à moyenne ou grande altitude en utilisant les courants ascendants le long des reliefs ou les thermiques en plaine. Il décrit des cercles, prend rapidement de l'altitude puis file en ligne droite vers un autre poste d'observation.
Il peut faire des piquers vertigineux de plusieurs centaines de mètres, se laissant tomber comme une pierre, les ailes presque complètement plaquées au corps (Observation).
Le cri du malfini est le plus souvent un sifflement strident et aigu qui porte loin. Il est souvent émis pendant le vol et implique qu'il y a au moins un autre malfini en vol non loin.
Le malfini peut aussi émettre le même sifflement aigu mais cette fois court et répété plusieurs fois
Bitaille, Le Diamant (01/02/09 - 13 h) :
3 malfinis volent ensemble dans les courants ascendants qui balaient le flanc au vent du morne. Un couple avec un jeune ?
L'un d'eux a une large marque blanche sur l'aile gauche et ils crient longuement à de multiples reprises.
Période de reproduction : de janvier à juillet
Le nid est une grosse plateforme faite de brindilles sèches et de branchettes dans la fourche d'un arbre.
Les œufs, 3 à 4 sont blanc crème tachetés de brun-roux.
De l'activité reproductrice (observation perso)
02/02/08 - hier et aujourd'hui, pas moins de 4 malfinis observés perchés sur des fils électriques ou des branches en bordure de route (Morne vert, Anse à l'âne, Gallochat). Coïncidence ou activité spécifique ?
22/05/08 - Falaises du Carbet (10h) :
Un malfini traque le rat-volant en spéléo.
Voir l'observation et les photos.
27/10/08 - Chemin bordant la saline de l'anse Meunier (9h) :
Un malfini posé en haut d'un arbre mort s'envole et passe à quelques mètres de moi. Il est très sombre, presque gris avec des raies blanches bien visibles aux ailes et à la queue.
01/01/09 - Gallochat, Anses d'Arlet (8h) :
Un malfini posé dans un arbre en bordure de route. Il a le dos tacheté de blanc et brun, un sourcil blanc assez net et le dessous très pâle, blanchâtre avec de longues stries brun sombre (Photos). Un immature ou une variété des îles du nord ?
- Étang de Poterie (9h) :
Un malfini plane assez haut dans le ciel au dessus de l'étang en émettant des sifflements aigus puis disparaît vers l'est.
01/02/09 - Bitaille, Le Diamant (13 h) :
3 malfinis en vol s'appellent en sifflant.
13/02/09 - Dostaly, Le François (10h) :
Deux malfinis tournent autour du jardin en sifflant et semblent s'intéresser au poulailler. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'ils viennent survoler de près le jardin (Photos).
01/03/09 - Vapeur, Le François (10h) :
Hélène me dit avoir vu un malfini piquer et attaquer un pique-bœuf posé au sol. Le maintenant avec ses serres, le malfini lui a arraché la tête (qu'elle a récupéré ensuite) et s'est envolé en emportant l'oiseau.
Je ne pensais pas que le malfini s'attaquait à des proies si grosses !
02/03/09 - Dostaly, Le François (13h) :
Le couple de malfinis qui survole régulièrement la maison se montre presque tous les jours et presque toujours aux heures les plus chaudes (12>14h) sans doute en raison des courants ascendants plus forts à ces heures.
Ils sont, aujourd'hui, accompagné d'un troisième. Un jeune ?
22/03/09 - Habitation Céron, Prêcheur (13h) :
Trois malfinis planent en cercle très haut dans le ciel au dessus des crêtes en sifflant. Il y en a un qui disparaît et les deux autres se livrent alors à un étourdissant ballet aérien, faisant des figures étonnantes, s'attaquant serres tendues vers l'autre mais sans jamais se toucher vraiment. Sana sifflements. Et puis ils disparaissent derrière les crêtes (Séquence)
03/05/09 - Dostaly, Le François (12h) :
Un malfini plane assez bas au dessus du jardin en sifflant. Il tient dans ses serres une proie qui me semble être un rat volant (grosses chauves-souris frugivores) (Photo). Il est rejoint par un autre malfini dont le dessous est beaucoup plus clair. Ils planent en cercles quelques instants puis s'éloignent ensemble vers l'ouest.
14/07/09 - Habitation Céron, Prêcheur (11h30) :
Un malfini perché au sommet d'un poteau téléphonique, guette une éventuelle proie au bord d'une petite savane (Photos).
01/11/09 - Bitaille, Le Diamant (15 h) :
2 malfinis planent en cercle assez haut au dessus du relief en sifflant. Ils disparaissent et quelques instant plus tard, l'un d'eux, poitrine et ventre très clairs (immature ?) vient se poser tout près de nous sur un poteau et y reste à siffler plusieurs minutes (Séquence).
23/03/10 - De l'activité reproductrice
- Bois neuf, Le François :
J'ai changé de maison et j'habite maintenant un raide flanc de morne au-dessus de la vallée du François, endroit idéal pour l'observation des malfinis dont un couple habite le secteur.
- À notre arrivée, le 1er mars, ils étaient trois malfinis à décrire leurs arabesques dans le ciel au-dessus de la maison, deux adultes et un jeune au ventre nettement plus pâle.
- Quelques jours plus tard, le jeune avait disparu.
Et chaque jour, au moins 3 à 4 fois dans la journée et surtout aux heures les plus chaudes, leur sifflement se fait entendre et les deux adultes apparaissent, tournoyant ensemble dans les courants d'air, se poursuivant, s'agrippant avec leurs serres, le ballet pouvant durer 10 minutes, puis ils disparaissent aussi soudainement qu'ils sont apparus.
- Ce manège a duré une semaine, puis leur comportement a changé. Les ballets aériens ont cessé.
Quatre jours de suite, dans l'après-midi, j'ai vu la femelle se poser au sommet d'un grand arbre dénudé en face de la maison, toujours sur la même branche, et y rester immobile une bonne heure, lançant de temps en temps un long sifflement aigu. Le mâle finit par arriver, tombant comme une pierre en piqué rapide, se pose directement sur le dos de la femelle et ... crac boum pendant 30 secondes dans un concert de petits gris brefs puis repart aussi sec.
À l'évidence, un grand romantique !
Le 1er jour, il est revenu 15 minutes environ plus tard pour consommer une 2e fois, toujours sur le même mode. Les autres jours, je ne l'ai vu venir qu'une fois.
- La dernière fois que je les ai observés remonte au 18, il y a 5 jours et depuis je n'ai pratiquement pas revu la femelle et le mâle ne fait que de rapides apparitions. Sont-ils en train de construire leur nid ? Probable, mais je n'ai pas encore pu repérer l'endroit.
Je te tiens au courant.
16/04/10 - Bois neuf, Le François (6 h) :
Un jeune, perché dans un bois canon, se réveille doucement dans les lueurs de l'aube (Photo).
24/05/10 - Malfinis en piquer :
Les malfinis planent au dessus de la maison puis brusquement, ferment les ailes, basculent et descendent en piquer à grande vitesse sur plusieurs centaines de mètres pour disparaître dans la canopée ou se poser sur une haute branche après une très courte ressource.
Ça se passe très vite mais les photos prises lors de ces "chutes" montrent que quand ils approchent leur objectif, tout en continuant à piquer avec un angle un peu plus faible, ils relèvent et écartent légèrement la partie avant de l'aile, le poignet, et déploient une plume, l'alula, alors que les autres rémiges sont toutes bien plaquées contre le corps.
L'alula, ou rémige bâtarde, est une ou un petit groupe de plume portées par un embryon de doigt (probablement l'index) que l'oiseau peut déployer un peu en avant du bord d'attaque de l'aile ce qui a pour effet d'augmenter la vitesse d'écoulement de l'air et la portance de l'aile.
Il s'agit en fait d'un système hypersustentateur (nos avionneurs n'ont rien inventé) qui permet à l'oiseau d'éviter le décrochage (la chute) dans certaines phases de vol lent ou d'atterrissage.
Ce qui me semble intéressant dans le cas présent, c'est qu'il ne s'agit pas d'un vol lent mais bien d'un piquer rapide et que l'alula n'est pas déployée en avant des autres rémiges qui sont toutes repliées le long du corps mais plutôt à la manière d'une mini-aile.
Pour moi, ce dispositif permet au malfini, tout en gardant une bonne vitesse jusqu'au bout, d'ajuster finement sa trajectoire par quelques lacets pour atteindre son objectif avec précision.
Mais je peux me tromper.
25/05/10 - Bois neuf, Le François (13 h) :
Un malfini me fait une démonstration d'abranchissage (Séquence).
31/01/11 - Bois neuf, Le François (16 h) :
Au-dessus de la maison, un malfini plane. Il décroche brusquement, perd quelques mètres en chute libre et attrape avec une patte un gros insecte qui volait en dessous de lui, vraisemblablement une grosse sauterelle, peut-être un cabrit-bois. Il se stabilise dans les ascendants avec l'insecte dans la patte et tout en continuant à planer, le mange.
12/02/11 - Bois neuf, Le François (11 h) :
Un malfini emerge de la cime des arbres, ailes étendues, profitant des ascendants, pattes pendantes et dans les serres un oiseau que je peux identifier comme étant un gros-bec.
Il prend un peu d'altitude et va se poser sur une feuille de cocotier à une centaine de mètres pour dépecer et manger sa proie
08/03/11 - Bois neuf, Le François :
Deux jeunes malfinis se battent en vol au dessus de la maison, ils se tiennent par les serres et descendent en tournoyant jusqu'à atterir rudement dans les hautes branches d'un arbre (Voir la Séquence).
13/03/11 - Bois neuf, Le François :
Les accouplements de malfinis ont repris depuis environ 2 jours dans le même arbre mort que l'année dernière (Voir plus haut observ du 23/03/10) et selon les mêmes modalités.
- Depuis environ 2 semaines, les regroupements aériens avec force sifflements et combats aériens avaient recommencé. Samedi dernier, vers 9 heures il y a eu un regroupement progressif qui a compté jusqu'à 12 malfinis au dessus de la maison, puis dispersion rapide du groupe.
24/11/11 - Bois neuf, Le François :
Un malfini immature tente de secher son plumage et reste longuement perché au sommet d'un arbre mort entre les averses et les éclaircies (Photos).
08/05/12 - De Fabrice :
Un malfini au sol avec un merle dans les serres (Photo).